Biographie de Tiberius Claudius Nero

Tiberius CLAUDIUS NERO dit TIBERE (né en -42, mort en 37). Il empereur romain en 14.Il est le beau fils d' auguste qui l' adpotera en 4.Il arrive au pouvoir a 56ans.Personne ne semble alors songé a rétablir la republique car tous ceux qui l' avait connue était presque tous mort .Il lui a fallut 1 moi pour avoir un pouvoir. Pointilleux sur la légalité, il estimait que ses pouvoirs devaient lui être conférés par le Sénat, sans l'initiative d'AUGUSTE.Il est orgueilleux et conscient de sa valeur, et est ulcéré de n'être là qu'en attendant que GERMANICUS lui succède.TIBERE est un grand militaire et un piètre politicien, pénétré de stoïcisme, bourré de scrupules et de contradictions, il est pessimiste et morose et finira dans la solitude et la misanthropie. Le Sénat et le peuple ne le comprirent guère.Il usait d'un langage ambigu, aimait à se faire prier et opposait aux prières un visage fermé. Germanicus meurt en 19.  Sa mort prive l'Empire et TIBERE d'un appui solide et d'un héritier. La seconde partie du règne de TIBERE est dominée par la personnalité et les intrigues meurtrières de SEJAN (préfet du prétoire) qui conçu le projet déraisonnable de parvenir à l'Empire.SEJAN empoisonnera DRUSUS le fils de TIBERE. Mais ANTONIA la mère de GERMANICUS fit connaître à TIBERE le danger immédiat ce qui se soldera par l'arrestation et l'exécution de SEJAN en 31. TIBERE ayant en 27 quitté Rome pour Capri, il y passe ses dernières années sombrant dans une misanthropie profonde, entouré de quelques fidèles, de médecins et d'astrologues.TIBERE meurt à Misène de maladie en 37, à l'âge de 79 ans.

 

 

   

 

  L' Empereur Tibère

Pauvre empereur Tibère ! Il n'eut décidément pas de chance. Mésestimé par son beau-père Auguste, épouvantablement cocufié par son épouse Julie, manipulé par sa mère Livie, trahi par ses ministres et totalement incompris de ses contemporains, il fut, un siècle après sa mort, horriblement calomnié par Suétone et Tacite, "historiens" à l'objectivité douteuse et à la dent dure.
Comble de déveine ! cet empereur n'étant pas sensé, à l'instar, par exemple, d'un Néron, avoir massacré des milliasses de pauvres Chrétiens innocents, il ne se trouva que bien peu d'historiens "sceptiques" pour s'attacher à sa réhabilitation.

Pourtant, Tibère vaut nettement mieux que la détestable réputation qui lui colle encore et toujours aux baskets. Il fut même, à certains égards, un des plus grands empereurs romains, l'un des plus soucieux du bien public, un des moins mégalos, et certainement pas le plus sanguinaire, que du contraire

Texte en latin et leur traduction

 

 

 

texte en latin

Saevum et sanguinarium natura fuisse, magnis minimisque apparuit rebus... Quocumque gladiatorio munere, vel suo vel alieno, etiam forte prolapsos iugulari iubebat, maxime retiarios, ut expirantium facies videret... Bestiariis meridianisque adeo delectabatur, ut et prima luce ad spectaculum descenderet et meridie, dimisso ad prandium populo, persederet, praeterque destinatos etiam levi subitaque de causa quosdam committeret, de fabrorum quoque ac ministrorum atque id genus numero, si automatum vel pegma vel quid tale aliud parum cessisset.

SUÉTONE, Claude, 34, partim.

 

 

TRADUCTION

Son naturel cruel et sanguinaire se manifestait dans les petites choses comme dans les choses importantes... Dans les combats de gladiateurs, organisés par lui ou par d'autres, il faisait égorger ceux qui étaient tombés, même sans l'avoir fait exprès, surtout les rétiaires parce qu'on voyait bien leur visage lorsqu'ils rendaient l'âme... Il aimait les spectacles avec les bêtes et les combats de midi. Dès l'aube, il se rendait aux arènes où il restait pendant midi. Tandis que le public était allé manger, il faisait s'affronter les combattants prévus au programme mais aussi, sous un vain prétexte, d'autres personnes qu'il désignait parmi les ouvriers ou les employés de l'arène, lorsque l'une ou l'autre machinerie n'avait pas bien fonctionné.


Saevum et sanguinarium natura fuisse, magnis minimisque apparuit rebus... Quocumque gladiatorio munere, vel suo vel alieno, etiam forte prolapsos iugulari iubebat, maxime retiarios, ut expirantium facies videret... Bestiariis meridianisque adeo delectabatur, ut et prima luce ad spectaculum descenderet et meridie, dimisso ad prandium populo, persederet, praeterque destinatos etiam levi subitaque de causa quosdam committeret, de fabrorum quoque ac ministrorum atque id genus numero, si automatum vel pegma vel quid tale aliud parum cessisset.

SUITONE, Claude, 34, partim.


SUITONE : ?
ac conj. : et, et aussi
ad prép. + Acc. : vers, à, près de
adeo is, ire, ii, itum : aller à, vers
alieno as, are : alièner; éloigner, rendre étranger (alienatus,a, um : hostile, ennemi)
alienus a, um : 1. d'autrui, étranger 2. éloigné, déplacé, desavantageux
alius a, ud : autre, un autre
appareo es, ere, ui, itum : 1. être visible, clair (apparet = il est clair) 2. être au service de
at conj. : mais
atque conj. : et, et aussi
automatum i, n. : l'automate, la machine, le mouvement automatique
bestiarius i, m. : le bestiaire
causa ae, f. : la cause, le motif; l'affaire judiciaire, le procès; + Gén. : pour
cedo is, ere, cessi, cessum : 1. aller, marcher 2. s'en aller, se retirer 3. aller, arriver 4. céder, concéder
claudo (cludo) is, ere, clausi, clausum : enfermer, fermer
claudus a, um : boiteux, défectueux
committo is, ere, misi, missum : confier qqch à qqn, (- proelium) : engager le combat, se risquer, s'exposer
de prép. + abl. : au sujet de, du haut de, de
delecto as, are : 1. attirer, retenir 2. charmer, faire plaisir à
descendo is, ere, di, sum : descendre ; - in certamen : en venir au combat
destino as, are : fixer, assujettir, affecter à, destiner à
dimitto is, ere, misi, missum : 1. envoyer dans tous les sens 2. disperser 3. renvoyer, laisser partir 4. renoncer à, abandonner
et conj. : et, aussi
etiam adv. : encore, en plus, aussi, même, bien plus
expiro as, are : expirer, mourir
faber bri, m. : artisan, ouvrier
facies ei, f. : 1. la forme extérieure, l'aspect l'apparence, la beauté 2. la figure 3. le genre, l'espèce
facio is, ere, feci, factum : faire
forte adv. : par hasard
fortis e : fort, vigoureux, courageux,
genus eris, n. : race, origine, espèce
gladiatorius a, um : de gladiateur
is ea, id : ce, cette ; celui-ci, celle-ci
iubeo es, ere, iussi, iussum : 1. inviter à, engager à 2. ordonner
iugulo as, are : égorger, tuer
leuis e : léger
luceo es, ere : luire, briller
lucus i, m. : bois sacré
lux lucis, f. : lumière, jour
magnus a, um : grand
maxime inv. : surtout, le plus

meridianus a, um : de midi, relatif à midi; du sud, méridional
meridies ei, m. : midi, sud
minimus a, um : très petit
minister tri, m. : serviteur
munus eris, n. :1. l'office, la fonction 2. l'obligation, la charge 3. le produit 4. le service rendu 5. le don, le présent 6. le spectacle public, les combats de gladiateurs
natura ae, f. : nature
no as, are : nager
numero as, are : compter
numerus i, m. : le nombre
partim adv. : en partie
parum adv. : peu
pegma atis, n. : l'estrade, la machine de théâtre
persedeo es, ere, sedi, sessum : rester assis
populus i, m. : peuple
praeter adv. : sauf, si ce n'est prép. : devant, le long de, au-delà de, excepté
prandium i, le dîner, le repas de midi
primus a, um : premier (comparatif : prior)
prolapsos : ?
qui quae, quod, pr. rel : qui, que, quoi, dont, lequel...
quid inv. : pourquoi ? après si, nisi, ne, num, aliquid devient quid
quidam quaedam, quoddam/quiddam : un certain, quelqu'un, quelque chose
quis quae, quid : qui ? quoi ? après si, nisi, ne, num, quis est l'équivalent de aliquis (quelqu'un, quelque chose).
quo 1. Abl. M. ou N. du pronom relatif. 2. Abl. M. ou N. du pronom ou de l'adjectif interrogatif. 3. Faux relatif = et eo. 4. Après si, nisi, ne, num = aliquo. 5. Adv. =où ? (avec changement de lieu) 6. suivi d'un comparatif = d'autant 7. conj. : pour que par là
quocumque inv. : en quelque lieu que, partout
quoque adv. : aussi
res rei, f. : la chose, l'événement, la circonstance, l'affaire judiciaire; les biens
retiarius i, m. : le rétiaire
saeuus a, um : cruel
sanguinarius a, um : sanguinaire
si conj. : si
spectaculum i, n. : 1. le spectacle, la vue, l'aspect 2. le spectacle (au cirque...) 3. (spectacula, orum, n. : les places au cirque, ...)
subitus a, um : soudain, subit
sum es, esse, fui : être ; en tête de phrase : il y a
suus a, um : adj. : son; pronom : le sien, le leur
talis e : tel ; ... qualis : tel.. que
talus i, m. : cheville, talon, osselet, dé
uel adv. : ou, ou bien, même, notamment (uel... uel... : soit... soit...)
uideo es, ere, uidi, uisum : voir (uideor, eris, eri, uisus sum : paraître, sembler)
ut conj. : + ind. : quand, depuis que; + subj; : pour que, que, de (but ou verbe de volonté), de sorte que (conséquence) adv. : comme, ainsi que


Page crééepar Wacheux Benjamin en 2007.